Plongée dans l’univers de la poésie animée

Prévert, Desnos, Apollinaire, Éluard : les quatre saisons d’En sortant de l’école, éditions Thierry Magnier & Tant Mieux Prod, 2017©.

 

La poésie à la hauteur des enfants, c’est le défi relevé avec brio par ce livre-objet regroupant cinquante-deux poèmes illustrés et animés de Prévert, Desnos, Apollinaire et Éluard. À l’intérieur de l’album au format A4 horizontal, les poèmes sont répartis en quatre « saisons », avec une collection de treize textes par auteur. Le livre est accompagné de deux DVD contenant cinquante-deux revisites graphiques des poèmes sous forme de courtes vidéos (films-poèmes), réalisées par cinquante-cinq jeunes artistes et réalisateurs·trices. Destiné aux enfants dès six ans, le recueil est pensé à la fois comme une invitation à se plonger dans l’univers symboliste et surréaliste des poèmes ; comme une œuvre animée qui associe texte, images et musique pour réinterpréter de façon unique les poèmes classiques sélectionnés ; et comme un objet didactique visant à familiariser les jeunes lecteurs·trices aux processus de création artistique et les différentes techniques d’animation. Pour ce faire, certaines pages de l’album (page de droite) peuvent être dépliées pour en apprendre davantage sur diverses thématiques en lien avec la réalisation de vidéos, telles que « l’animation en volume », « l’animation en 2D », « la créativité », « le choix de couleurs », « les décors », etc. Dans ce même ordre d’idées, à la fin de l’album, on retrouve un lexique rassemblant différents termes spécifiques à l’animation.

Rempli de couleurs vives, d’univers foisonnants et d’un choix de textes poétiques tantôt enfantins, ludiques, tristes, décalés, mélancoliques, les quatre saisons d’En sortant de l’école est un projet unique qui renouvelle le genre ! Chaque court-métrage est une création visuelle et sonore originale, qui vivifie les poèmes classiques, tout en les rendant davantage accessible à un public d’enfants (fin du cycle 1, cycle 2 ou 3). En l’occurrence, les animations donnent vie aux textes poétiques, en même temps qu’elles les renouvellent – par la conception d’histoires inspirées de ces derniers.

Jacques Prévert, « Je suis comme je suis », p. 26-27 in les quatre saisons d’En sortant de l’école, éditions Thierry Magnier & Tant Mieux Prod, 2017©.

 

 

Les richesses de la poésie animée

L’animation de « Dans un petit bateau » de Robert Desnos construit une histoire sur la base du contenu narratif du poème, en le réinterprétant de sorte à créer un décalage entre texte et illustrations. Le vidéo-poème relate en effet l’histoire du « petit matelot » et de sa « petite dame », sur un bateau, se baladant un dimanche sur le ruisseau. Par ailleurs, le texte poétique est transformé en chanson, avec un fond sonore de piano et d’accordéon, restituant l’atmosphère paisible du rendez-vous amoureux. Au fil du court-métrage, cependant, l’univers visuel entre en décalage avec le contenu du poème, puisque le rendez-vous idyllique et insouciant ne se passe pas comme prévu : le petit matelot est maladroit avec sa dame ; il se met à pleuvoir ; les amoureux sont forcés de dormir dehors, dans l’air froid et humide, etc. Ainsi, les images construisent un récit décalé et offrent une revisite humoristique du poème. La combinaison des différents modes – textuel, visuel et sonore – ajoute une strate de signification nouvelle et ludique au poème de Desnos qui, dans un premier temps, peut être expérimentée par les jeunes lecteurs·trices, et dans un deuxième temps, discutée. Comment comprennent- ils·elles le poème animé ? Comment font-ils·elles le lien entre images et sons ? Quelle interprétation font-ils·elles du contenu narratif ? etc.

Robert Desnos, « Dans un petit bateau », p. 40-41 in les quatre saisons d’En sortant de l’école, éditions Thierry Magnier & Tant Mieux Prod, 2017©.

 

 

Dans le vidéo-poème « Poisson » de Paul Éluard (DVD, « saison 4 »), les univers visuels et sonores entrent en résonnance avec le texte original pour, cette fois-ci, intensifier l’expérience du monde aquatique qui s’y dessine. Le réalisateur, Arthur Sotto, transforme l’eau en personnage principal de son récit, que bateaux, nageurs et poissons côtoient. Le poème est accompagné d’un graphisme subtil laissant entrevoir le mouvement des différents acteurs au contact de l’eau. Dès lors, les poissons comme la nageuse ne font plus qu’un avec l’élément aquatique : ils se mêlent aux mouvements de l’eau ; les tons bleus envahissent l’espace visuel, etc. À cela s’ajoutent les effets produits par la musique. Cette dernière, d’abord douce puis inquiétante, personnifie la puissance de l’eau – à la fois calme, paisible, impétueuse, menaçante, impulsive… L’insert dépliable explicite d’ailleurs l’importance du fond sonore dans cette réinterprétation poétique du magnétisme de l’eau. Comme pour l’exemple précédent, le monde ainsi créé invite les jeunes lecteurs·trices à découvrir le poème à partir d’un support plurisémiotique foisonnant. En ce sens, l’animation graphique guide et amplifie les images mentales insufflées par le texte d’Éluard, en même temps qu’elle engendre une réception affective du poème. L’eau « bouge », « touche », « porte » et « emporte » les enfants dans l’univers maritime, qu’ils·elles sont encouragé·e·s à expérimenter à pleins poumons !

Paul Éluard, « Poisson », p. 94-95 in les quatre saisons d’En sortant de l’école, éditions Thierry Magnier & Tant Mieux Prod, 2017©.

 

Quelles pistes didactiques ?

Quel que soit le poème sélectionné, il ouvre la voie à un travail de lecture et d’interprétation extrêmement riche et intéressant à mener en classe. Celui-ci est dans un premier temps basé sur l’album – sur sa lecture et les choix graphiques qui accompagnent les textes poétiques – dans un deuxième temps sur le visionnement des vidéo-poèmes, qui ouvrent de nouveaux horizons interprétatifs. À cela s’ajoute l’approche de la poésie par la création, qui est l’un des enjeux de l’album. En plus du processus créatif et du travail artistique, explicités à la fois dans les productions vidéo finales et dans les encarts parsemés dans le recueil, la maison d’édition propose également sur son site des fiches pédagogiques. Ces dernières ont pour but de guider la lecture et le visionnement des courts-métrages vers un travail de création. Ainsi, selon le degré d’enseignement, des pistes didactiques sont proposées pour la mise en voix de poèmes, leur illustration, l’élaboration d’un flip book, la création d’un storyboard ou la réalisation d’un film avec la technique du stop motion. Appelée « animation en volume », cette technique d’animation image par image permet de donner l’illusion que des objets réels sont dotés de mouvement. En plus d’une démarche basée sur les objectifs disciplinaires du français (familiarisation avec la poésie, création d’images mentales, etc.), les quatre saisons d’En sortant de l’école favorise également un enseignement interdisciplinaire de la poésie, notamment par l’interaction entre le français et les arts visuels. Aborder le genre poétique aussi bien par la mise en voix, que par l’illustration et l’animation, ouvre la voie à de nouveaux horizons à l’enseignement de la poésie, horizons qui permettent de dépasser la mémorisation superficielle impliquée dans l’exercice scolaire de récitation. C’est l’immense intérêt que nous trouvons à ce magnifique livre-objet, dont les richesses poétiques et esthétiques sauront convaincre les petit·e·s comme les grand·e·s !

Animation du poème « En sortant de l’école » de Jacques Prévert, p. 19 in les quatre saisons d’En sortant de l’école, éditions Thierry Magnier & Tant Mieux Prod, 2017©.

 

 

par Violeta Mitrovic, HEP Vaud

Chronique publiée le 18 février 2020