Ces destins de femmes qui ont marqué l’Histoire

Dans un contexte social où la parole féminine s’émancipe et où les mouvements féministes tels que #MeToo contribuent à promouvoir l’égalité homme-femme, qu’en est-il de la littérature jeunesse contemporaine ? Quels modèles féminins propose-t-on actuellement aux jeunes générations ? Nous souhaitons questionner les exemples qui font la part belle aux destins de femmes, dans une volonté d’éduquer à l’égalité des sexes, de mettre en avant des figures féminines mémorables, ainsi que de sensibiliser le jeune public aux différents stéréotypes de genre.

Voici le premier volet d'une série de trois chroniques portant sur des héroïnes de littérature jeunesse.

 

« Il est important pour les filles de comprendre les obstacles qui les attendent. Il est tout aussi important qu’elles sachent que ces obstacles ne sont pas insurmontables. Qu’elles peuvent non seulement les franchir, mais également les éliminer pour celles qui les suivront, comme l’ont fait certaines de ces grandes femmes. » Préface, p. xi, xii.

 

C’est ainsi que débute Histoires du soir pour filles rebelles, livre-objet d’abord publié en anglais puis, obtenant un statut de bestseller, traduit en plus de 30 langues, avec une édition française datant de 2017 (éditions ©Les Arènes). Le succès est d’ailleurs tel qu’un second tome vient de paraître au début octobre 2018, avec cent portraits inédits. Histoires du soir mérite-t-il un tel engouement ou surfe-t-il sur la vague de féminisme engendrée par le scandale Weinstein ? La réponse est doublement positive. Le livre, accessible dès l’âge de 8 ans et sans limite d’âge supérieure, est certes dans l’ère du temps, mais il est on ne peut plus nécessaire au dépassement des stéréotypes de genres et à la promotion de modèles féminins surpassant ceux que l’on trouve dans les contes de fées traditionnels ou la plupart des séries médiatiques.

L’engouement suscité par l’initiative d’Elena Favalli et Francesca Cavallo est au cœur de la genèse de ce livre jeunesse, puisque sa publication a été rendue possible par la plus grande récolte de fond du type crowdfunding jamais enregistrée pour un livre. Ainsi, les autrices sont entrées dans l’Histoire, en même temps que les figures féminines souvent oubliées, auxquelles elles souhaitaient rendre hommage. Cet enthousiasme et soutien du public montrent bien qu’il était temps (enfin !) de proposer aux jeunes (et moins jeunes) filles des destins extraordinaires de femmes ordinaires. Dans le but d’élargir l’horizon des possibles de chaque fillette ou jeune femme, ce livre jeunesse incite précisément à dépasser les limites symboliquement imposées au sexe féminin, que ce soit par des stéréotypes socialement véhiculés ou le manque de représentation féminine dans les livres d’Histoire.

Des portraits de femmes hors du commun ? Histoires du soir en propose cent, chacun des portraits étant présenté au format album et sur une double page : la mise en récit d’éléments biographiques est systématiquement accompagnée d’un portrait de la figure féminine en question, ainsi que d’une citation directe. Qu’elles soient mathématicienne, peintre, alpiniste, chanteuse, poète, surfeuse, militante ou espionne, chaque figure révèle un destin de femme mémorable, de par le caractère extraordinaire des actions entreprises. Rebelles à leur manière, les femmes sélectionnées par les autrices ont changé le monde à leur façon, en allant à l’encontre de ce qui était attendu d’elles, de par leur contexte social ou leur condition de femmes.

Il en est ainsi par exemple de Rosa Parks, dont les actions militantes sont contextualisées sous forme d’un récit qui relate l’histoire de son opposition à la ségrégation en Alabama, portée par son refus de céder sa place dans le bus à un Blanc. Ainsi, les autrices montrent de quelle manière les actions de Rosa Parks ont à jamais influencé le mouvement des droits civiques aux États-Unis d’Amérique. Pour accompagner ce récit de vie, l’illustration prend la même ampleur que le texte. Elle ancre notamment la figure de Rosa Parks dans l’Histoire, en lui rendant hommage par le biais d’une production artistique unique, ainsi que d’une citation symbolisant sa contribution à l’histoire collective.

Histoires du soir a été illustré par 60 artistes (!), ce qui souligne le caractère inédit de ce livre-objet. Il regroupe non seulement cent portraits de femmes extraordinaires, d’horizons et d’âges différents, mais il est également illustré par 60 artistes féminines différentes, soit autant de manières singulières de célébrer ces destins féminins hors du commun. L’album séduira les plus petit·e comme les plus grand·e·s, et même s’il est destiné aux « filles rebelles », il est d’autant plus conseillé aux garçons, pour qui il est peut-être encore plus impératif de se confronter à des modèles féminins forts et mémorables.

Par ailleurs, la forme brève des histoires, appréhendées rapidement, laisse de la place pour un travail plus approfondi sur les différentes figures. En classe, pourquoi ne pas munir les élèves d’un exemplaire, en présentant de temps à autre l’une des figures, en laissant les élèves découvrir sporadiquement tel ou tel portrait ou encore en travaillant les compétences orales par le biais de présentations basées sur leur propre choix ? Enfin, et il s’agit là d’un énorme coup de cœur : les autrices encouragent les lectrices et lecteurs à écrire leur propre histoire. Utiliser cet espace situé à la fin du livre en classe reviendrait donc à explorer les compétences créatives et d’écriture des élèves, ainsi qu’à valoriser leur histoire singulière. Comme suggéré dans la préface, ces portraits sont là pour inspirer la jeune génération à vivre « une vie pleine de passion, de curiosité et de générosité » (Préface, p. xii). En les incitant à puiser des ressources de ces modèles féminins, laissons-leur l’écriture de soi pour le faire !

 

Par Violeta Mitrovic, assistante-doctorante à la HEP Vaud, violeta.mitrovic@hepl.ch

Chronique publiée le 6 novembre

 

, , ,