Un lundi pas comme les autres

Une des questions que l'on peut se poser lorsqu'on découvre Lundi, écrit et illustré par Anne Herbauts, est comment lire cet album aux enfants. Derrière une histoire simple d'amitié, et de manière poétique, se perçoit tout un travail littéraire et tactile pour aborder le temps qui passe et ses conséquences émotionnelles. L'ouvrage s'appréhende à travers les trois dimensions : le texte, l'image et le support du livre-objet.

L'histoire 

L'album raconte l'histoire de Lundi, personnage anthropomorphe aux allures de pingouin, qui vit seul au chaud dans une toute petite maison isolée et cossue. Deux amis lui rendent visite : Théière, une théière et Deux Mains, un personnage à deux mains. Ensemble, ils passent du temps à boire du thé et à jouer du piano. Après le passage des saisons, un jour d'hiver et de neige, Lundi, qui s'est aventuré dehors, disparaît dans la nature. Ses amis, soucieux, le chercheront en vain.

Le thème du temps qui passe 

La notion de temps est présente tout au long de l'album et sous plusieurs angles : la semaine, les saisons et la vie en général accompagnée des saveurs de son quotidien telle l'amitié ou la douce sensation du thé chaud. Inéluctablement, la vie mène à la disparition, la mort et au renouveau.
 « Et le lundi suivant vint, un peu différent cependant... » 

La poésie de l'ouvrage et du texte

Tout est poésie. L'ouvrage, par le texte et par l'objet du livre lui-même. Un des aspects poétiques le plus saillant dans le texte est la place importante réservée à l’écoute.

Place de l'oralité 

Lundi est entouré de Théière ("t'es hier'') et Deux Mains ("demain''). C'est en lisant le texte à voix haute, ou en racontant l'histoire à quelqu'un, que l'évidence se fait.

Poèmes 

Le poème et le jeu des sonorités tiennent une place importante dans l'ouvrage :

« Fol Automne je suis ! Je vire, je vente, je virevolte, rouge, rouille, 
j'embrouille, je mens, je vole, je m'envole, je ris, je fuis ! »

Clin d'œil à la musique 

La présence des instruments de musique des personnages qui partagent des moments de vie ensemble autour de leur écoute (piano, accordéon) fait écho à la musicalité du texte.

Poésie de l'objet 

Renforçant l'intention poétique, la matérialité du livre qui invite au toucher, évolue avec le texte.
 Avant même d'ouvrir l'album, le découpage en forme de logis de la première de couverture laisse apparaître l'intérieur de la maison du personnage principal. Nous entrons dans son intimité. Différents reliefs arrivent également au moment opportun tout au long de l'album (ex : les flocons de neige recouvrent la double page et ensevelissent Lundi). Cet embossage de l'album s'accompagne de l'évolution du grammage des pages qui varie en fonction de l'histoire. En effet, telle une pyramide inversée, l'épaisseur des feuilles qui composent le livre s'amenuise au fur et à mesure que le personnage du pingouin disparaît, puis s'épaissit à nouveau avec la renaissance du prochain "lundi''.

Conclusion 

Lundi est un album qui s'appréhende dans sa matérialité en parallèle de la narration. Il semble réclamer une lecture privilégiée avec un petit nombre d'enfants. Le texte se lit à voix haute pendant que les pages invitent au toucher. La relecture de certains passages est une nécessité pour bien saisir l'intention thématique et poétique de l'ouvrage dans une intimité partagée, mais également pour engager le débat autour du temps qui passe et enrichir les hypothèses sur le devenir du personnage principal.

Capture d’écran 2016-03-04 à 18.02.02

      © Editions Casterman S.A./Herbauts :  http://www.casterman.com

 

II) Propositions d'activités pour la classe

Pour prolonger les notions de support/image, de l'oralité et de la poésie, plusieurs activités peuvent être proposées à une classe dès le CE1 en reprenant les thèmes de l’album. Les questions s’adaptent bien sûr aux enfants.

Le temps qui passe 

Une seconde, une minute, un siècle de Catherine Grive et Muriel Kerba (Gallimard Jeunesse), permet d'appréhender le temps différemment, parfois de manière objective et parfois de manière drôle et subjective.
 Moi j'attends de Serge Bloch et Davide Cali (Sabarcane), est le prix Baobab 2005. Émouvante et réaliste, l'histoire retrace le vécu d'un homme qui suit le fil de sa vie. Ces différentes façons permettent par contraste de discuter le traitement du temps par A. Herbauts.

Autour du personnage et de sa maison 

Demander aux élèves d’observer avec attention la première de couverture et les inviter à créer un nouveau "lundi'' à la manière de l'auteur (découpage d'une maison, décoration, représentation de sa passion).  Il s’agit d’une invitation à entrer dans une intimité.

Autour du thème de la disparition 

Débattre des conséquences de la disparition de Lundi : Comment réagissent-ils ? Théière et Deux Mains sont-ils tristes ? Définir les notions de "soutien" et de "souvenir'' en s'appuyant sur l'album. Des extraits de textes de Georges Perec (Je me souviens) et de Philippe Delerm (Les petits riensLa première gorgée de bière) peuvent enrichir le débat et inviter les élèves plus à l'aise en expression à un travail d'écriture.

Autour de l'ensemble de l'ouvrage 

Après la lecture de l'ouvrage et la mise en place des activités, il est possible de recueillir les impressions par association de mots. On invite les élèves à partager leur ressenti en ne donnant qu'un seul mot à la fois. Cette activité fait appel à une sincérité émotionnelle et permet de faire raisonner différents liens tout en étant précis et concis.

Exemple : blanc, triste, vie, douceur, amis...etc...

La disparition et le souvenir 

Quartier d'orange de François Legendre et Natali Fortier (Thierry Magnier), raconte l'histoire d'un enfant qui perd son grand-père et se rappelle des moments partagés avec lui à partir de l'odeur de l'orange.
 Nulle part partout de Gaëtan Dorémus (Autrement) aborde également la disparition d'un ami proche :

« Ils ont fouillé les buissons, les collines et les plages ; Ils ont scruté les mers, la bleue, la rouge, la noire ;
 Ils l'ont cherché dans le ciel, dans les étoiles
. Et les nuages... Ils n'ont pas trouvé, il n'est nulle part... Pourtant, partout son souvenir demeure... » 

Stéphanie Schneider
 effectue un doctorat à l’Université du Maine, Le Mans. schneiderstephanie@hotmail.fr  - http://plumealamain.wifeo.com - http://schneiderstephanie.wix.com/contemoiunehistoire

Chronique publiée le 7.03.2016