Savais-tu ? : une collection de documentaires animaliers, pour les élèves du préscolaire et du primaire

Les éditions Michel Quintin publient depuis 2001 la collection « Savais-tu ? ». Elle comprend plus de 70 titres qui sont édités sous deux versions présentant le même contenu, l’une à couverture souple, dont les illustrations sont en noir et blanc, d’un prix très abordable, et l’autre en couleurs, dont la couverture est rigide, avec des illustrations colorées, dont le prix est un peu plus élevé, mais qui reste à la portée de toutes les bourses.

Il s’agit de documentaires qui présentent de nombreux animaux (fourmis, tatous, pingouins, paresseux, pandas, libellules, castors ou chacals...) de façon originale puisqu’on y marie la bande dessinée et l’information scientifique.

Les auteurs

Trois auteurs sont à l’origine de ces ouvrages : Alain M. Bergeron, Michel Quintin et Sampar. Les illustrations sont conçues par Sampar.

Alain M. Bergeron est un auteur jeunesse très populaire au Québec, il a à son actif plus de 200 livres publiés chez une douzaine d’éditeurs. Plusieurs de ces livres sont traduits en plusieurs langues dans de nombreux pays. En 1996, il s’associe avec Sampar qui est illustrateur pour la revue Safarir. Ensemble, ils réalisent un premier album : La vie drôle et secrète du père Noël (1998, Soulières éditeur, collection Mille bulles). La collection « Savais-tu ? » n’est qu’une des très populaires collections qu’ils ont réalisées ensemble. Ils ont également coécrit ensemble les collections Billy Stuart, Capitaine Static et Alexandre.

Samuel Parent, qui a adopté comme pseudonyme Sampar, est un illustrateur et bédéiste qui, grâce à son imagination débordante, illustre de brillante façon l’ensemble des titres de la collection « Savais-tu? ». Ses illustrations font rire les petits comme les grands.

Michel Quintin, lui, est vétérinaire, éditeur, auteur et photographe animalier. Il se passionne pour la nature, qui est pour lui source d’inspiration. Il collabore avec Alain M. Bergeron et Sampar à la création de la collection « Savais-tu ? ». Il en assure également, à titre d’éditeur, la promotion et la diffusion.

La structure des albums

Chaque album de la collection possède la même structure. La page couverture présente en gros plan l’animal qui fait l’objet du documentaire. L’illustrateur cherche à faire ressortir certaines des caractéristiques de l’animal choisi en le personnifiant; il lui choisit un habillement et l’entoure d’accessoires qui conviennent à ses qualités ou qui font ressortir un élément de sa personnalité. Ainsi le tatou sera habillé comme une personne qui travaille dans la construction, le scorpion comme un pirate, le phacochère comme un footballeur. Ceci permet de travailler la page couverture en invitant les élèves à inférer ce qui caractérise chaque animal et de les interroger sur les choix de l’illustrateur.

La première page de l’album représente l’animal en action, l’image est positionnée au centre et à droite de la page, elle invite le lecteur à commencer la lecture.

Sur chaque double page, on retrouve une illustration de style « cartooniste », qui occupe la grande majorité de l’espace, et un texte, de quelques lignes, placé sous l’illustration, qui peut se trouver sur une seule page ou sur les deux pages. Le texte est écrit en petits caractères et il n’est jamais en conjonction avec l’illustration. L’illustration met en lumière une des informations données par le texte. Cependant, elle ne représente pas directement l’information écrite. Le lecteur doit souvent tisser des liens entre l’illustration et le texte et chercher à comprendre les liens qui existent entre les deux éléments. La première phrase du texte est une question qui débute toujours par : « Savais-tu qu’il… ». Les deux ou trois phrases qui suivent complètent l’information abordée dans la question.

Image trouvée : https://www.editionsmichelquintin.ca/produit/1371-les-hippocampes-en-couleurs.html?Critere=Savais-tu%20couleurs

Leur pertinence en classe

Les albums permettent donc de travailler différents éléments reliés à la compréhension en lecture. Ils permettent de travailler l’illustration, d’inviter les élèves à déduire ce dont traitera le texte à partir de celle-ci, à chercher ce que l’illustrateur veut faire ressortir après la lecture du texte.

Plusieurs illustrations s’éloignent du sens du texte et amènent le lecteur ailleurs. Ainsi plutôt que d’illustrer le tatou avec une centaine de dents, parce que chez le tatou les dents poussent toute leur vie durant, les auteurs font le choix d’illustrer des tatous qui achètent des dizaines de tubes de dentifrice et plusieurs paquets de soie dentaire; les élèves doivent déduire que les tatous en ont besoin pour soigner leurs multiples dents.

Le vocabulaire utilisé dans les textes est précis et riche; on y retrouve plusieurs mots qui peuvent être inconnus pour les enfants (ex : fouisseur, cuirassés, se scinde, embryons). Il y a souvent des comparaisons et des métaphores, par exemple, les auteurs diront que le tatou est un vrai char d’assaut sur pattes (p. 14 de l’album Les tatous). Ces albums documentaires permettent donc de développer le vocabulaire des élèves et de mieux connaitre les animaux étudiés.

Il est possible de mener plusieurs projets à partir des albums. La maison d’édition propose d’ailleurs gratuitement sur son site  des fiches questionnaires sur les albums : https://www.editionsmichelquintin.ca/enseignants/13-primaire-2e-et-3e-cycles.html

Ces fiches conviennent aux élèves de 7 ans à 11 ans.

Il est possible de mener un projet d’écriture avec les élèves. On peut entre autres les inviter à créer à leur tour des albums « Savais-tu » en reprenant la structure proposée. On trouvera une description du projet vécu par une enseignante sur le site Les créations de Stéphanie : http://lescreationsdestephanief.blogspot.com/2018/06/projet-savais-tu.html

Plusieurs élèves aiment les animaux et aiment en apprendre plus à leur sujet; certains préfèrent aussi les textes descriptifs. C’est souvent le cas des garçons. Les albums de cette collection plairont surement à plusieurs d’entre eux… et à leurs enseignant·e·s!

 

 

Par Isabelle Péladeau, chargée de cours à l’UQAM et superviseure de stages à l’UQTR

 Chronique publiée le 30 mars 2020

 

Isabelle Péladeau travaille dans le milieu de l’éducation depuis de nombreuses années comme orthopédagogue, conseillère pédagogique, auteure de matériel didactique, chargée de cours de cours à l’université. Elle s’intéresse particulièrement à l’enseignement de la lecture au primaire.