Plume et Pinceau

 

Voielivres.ch vous invite régulièrement à faire des rencontres : avec des auteur·e·s, avec des illustrateurs et des illustratrices, avec des albums et des récits pour la jeunesse, avec des thématiques particulières et leur traitement par les œuvres littéraires destinées au jeune public, avec des enseignant·e·s qui relatent des expériences vécues dans la classe, qui partagent des pistes didactiques.

La chronique qui suit a été pensée comme un espace dévolu à deux jeunes créatrices de la région lausannoise : Plume et Pinceau ont accepté notre sollicitation et voici le récit de leur rencontre avec la littérature de jeunesse. Dans quelques mois, nous vous proposerons une chronique liée à celle-ci, où les textes de Plume et Pinceau seront analysés par des critiques littéraires et des enseignant·e·s. A bientôt, donc !

 

Quand les rêves se croisent et que plume et pinceau s’emmêlent (ou s’en mêlent?)

 

La rencontre…

L’histoire de Plume et Pinceau a commencé à l’ombre d’un arbre, dans le parc du Musée de l’Elysée. Noémie rédigeait alors les dernières lignes de son mémoire universitaire sur le conte des Habits neufs de l’Empereur tandis que Jenay se lançait en tant qu’indépendante dans le graphisme et l’illustration. Une discussion entre collègues et copines qui aurait pu être tout à fait anodine, mais qui a changé à toutes deux le cours de nos vies.

Nous nous découvrons une passion commune : les livres pour enfants ! Jenay, depuis toute petite, rêve d’être illustratrice. Noémie, quant à elle, griffonne des contes poétiques dans ses petits carnets. Et voilà que soudain, une inspiration enfantine, malicieuse et partagée nous suggère d’essayer : et si l’on se mettait à créer, ensemble, maintenant, un conte pour enfants ? Chiche !

Un premier conte naît : Eloïse et la grenouille d’hiver. On n’en est pas peu fières ! On l’envoie à quelques maisons d’éditions qui nous répondent très poliment : « C’est bien MAIS… ». En résumé, nous avions du potentiel mais ce n’était pas très professionnel… Bon… Passée la déception, on reconnaît finalement qu’ils ont raison. L’art, comme la créativité et l’imagination, se travaillent, demandent du soin et de l’attention.

 

Crédit Ana Cuendet

Un blog, douze contes pour enfants !

Y a du boulot, alors on s’y met : nous sommes en 2013, au mois de juillet. Nouveau défi: publier, pendant une année, un conte par mois sur un blog que l’on vient de lancer. Et tous les lundis, rendez-vous à l’atelier ! L’occasion de se découvrir, d’expérimenter, de créer ensemble, de se faire plaisir, de rigoler, de s’extasier devant les prouesses de l’autre, d’explorer toutes les facettes de ce que nous appelions alors notre terrain de jeu et qui deviendra par la suite un véritable terrain d’aventure !

Rapidement, de nombreux internautes (proches puis plus éloignés) commencent à nous suivre, à nous contacter : les retours sont positifs, ils nous donnent des ailes ! Très généreusement aussi, d’autres artistes et professionnels nous offrent leur aide et leurs talents dans plusieurs projets : la « famille » P&P s’agrandit et s’enrichit de toutes ces belles énergies ! Toujours les bonnes personnes, au bon moment, comme on dit… (voir page Liens – Les copains).

Crédit Plume et Pinceau

 

Du numérique au papier… Et du papier au numérique !

Nos contes illustrés, en format PDF, accessibles gratuitement et imprimables depuis la maison (Vraiment? s’étonnent souvent les gens), poursuivent leur voyage numérique. Mais nos lecteurs (tout comme nous d’ailleurs) gardent cet attachement au livre papier et les demandes affluent pour que nous les éditions, ou fassions éditer. On se regarde, on s’interroge… Nous ? Une maison d’édition ? Mais pourquoi pas finalement ? Jenay est aussi graphiste, Noémie chargée de projets et communication. Et pour le reste, nous sommes bien entourées. Allez, ça ne coûte rien d’essayer (enfin si… mais le risque est moindre comparé à notre enthousiasme) !

Nous éditons donc Eloïse et la grenouille d’hiver, ainsi que les deux tomes des Contes de Plume et Pinceau en 2014. La machine éditoriale (certes petite et très locale, mais efficace et passionnée) est lancée ! Suivront Kami Nando en 2015 (en collaboration avec Die Blaue Ampel à Zürich), Djoudu et le petit yak perdu en 2016 (par les éditions Paloma) et finalement Eldorado en 2017 (et sa version numérique à paraître en fin 2018 par les éditions uTopie).

  • Pour les découvrir, cliquez ici.

Crédit Plume et Pinceau

La ligne éditoriale ? Des ouvrages originaux, des illustrations fines, colorées, réalisées par le biais de différentes techniques dont l’aquarelle, travaillées et retravaillées (quand Jenay n’est pas convaincue), des textes en rimes avec un message en toile de fond (enfin… Noémie essaie), imprimés en Suisse pour favoriser l’économie locale, et avec un petit côté « artisanal » : de la sérigraphie pour Kami Nando, une reliure au fil apparente pour Eldorado

Crédit Plume et Pinceau

 

Les « aventures » dérivées

Ces publications (et de merveilleuses rencontres !) nous ouvrent les portes de nombreux évènements autour du Livre (Le livre sur les Quais à Morges, Le Salon du Livre de Genève…) ainsi qu’aux écoles, bibliothèques et librairies de la région. Nous nous retrouvons plongées dans des activités improbables et inenvisageables jusqu’alors:

  • dédicacer des livres (Quoi ? Nous ?)
  • diffuser des ouvrages (Bonjour ! Nous sommes une petite maison d’édition locale et…)
  • animer des ateliers créatifs (Les enfants, dans le monde des contes, tout est possible : donc oui, Kami peut aller au pays des fourchettes !)
  • peinturlurer les murs d’un cabinet de pédiatres à Neuchâtel (Youpie!)
  • créer une page jeux pour les familles dans le magazine loisirs.ch (entre autres mandats externes)
  • voyager en France pour réaliser des étiquettes de miel et de confitures maison (Miam !)
  • collaborer avec une artiste-clown et une marionnettiste pour le vernissage d’Eldorado (Vive le dialogue interartistique!)

Crédit Vincent Girardin

Vous l’aurez compris, l’aventure est passionnante : parfois imaginée, planifiée, travaillée, parfois surprenante, improvisée, inespérée ! C’est en ce sens que ce projet est pour nous une passion, un art, mais aussi un métier, avec ses joies et ses défis quotidiens. Le chemin se crée selon nos vies et envies et selon les rencontres.

Comme cette chronique, tiens ! Qui l’eût cru qu’un jour on nous la demanderait et que, peut-être, vous la liriez (et jusqu’au bout !)? C’est cette même magie qui a fait de notre projet ce qu’il est aujourd’hui. La suite ? On ne la connaît pas encore, mais on a quelques petites idées… Comme on aime garder du suspense, on vous dira simplement qu’on se réjouit de vous la raconter, en mots et en images, avec nos plumes et nos pinceaux ! Alors, à bientôt !

Crédit Plume et Pinceau

 

 

Par Noémie et Jenay, alias Plume et Pinceau

Chronique publiée le 4 juin 2018

, , , ,