Hors-pistes, oui mais à deux. C’est cette dualité que fait vivre l’album éponyme paru il y a déjà six années et également au cœur de cette chronique, sur bien des plans.  Dans l’album, deux personnages grandissent et se font grandir. Autour de l’album, deux artistes s’associent pour créer. Ce n’est pas seulement hors des pistes que veulent nous mener les éditions Thierry Magnier et la galerie Jeanne Robillard, mais aussi hors du cadre. Au texte, l’auteur ou l’autrice, à l’image, l’illustrateur ou l’illustratrice : tel est le cadre connu pour tout processus de création à quatre mains où le dialogue entre les deux entités crée justement l’indissociabilité de l’image et du texte propre à l’album. Pourtant ici, Tom Haugomat a réalisé des illustrations sans récit préalable et les a confiées à Maylis de Kerangal une fois achevées. C’est bel et bien hors du cadre que nous amène la collection si justement nommée Les Décadrés en invitant l’autrice, rompue à la littérature pour adultes, à écrire sous l’égide du travail de l’illustrateur.

© Maylis de Kerangal & Tom Haugomat  (2014). Hors-pistes. Editions Thierry Magnier.

 

Hors-pistes porte le récit de l’aventure de deux personnages au cœur de la montagne enneigée puisque les illustrations de Tom Haugomat en ont décidé ainsi. Bruce, mystérieux aventurier et ami d’un autre âge honore enfin sa promesse et réalise le rêve du jeune narrateur en l’initiant à la randonnée à ski certes, mais aussi à la quête de soi. Chacun a l’air d’être venu de loin ou de nulle part, sans appartenance autre qu’à soi-même (la seule évocation des parents de l’enfant laisse filtrer le drame de la disparition), à la montagne tout de même puisque, comme le dit la chanson, ce n’est pas « l’homme qui la prend », elle non plus. Elle prendra Bruce et forcera son trop jeune équipier à dépasser ses peurs pour le sauver. De l’aventure artistique à l’aventure humaine, où nous mène exactement ce singulier processus de création ?

La montagne, haut lieu d’esthétisme

C’est vers elle que s’est tourné l’imaginaire de l’illustrateur et c’est d’emblée par elle que nous sommes happés en ouvrant l’album suffisamment grand pour contenir des sommets. L’univers de la haute montagne hypnotise mais il le fait ici grâce à la force de sa mise en images. Tom Haugomat n’a recours qu’à deux couleurs : le bleu, en deux nuances, et le rouge, pur. En les superposant, il en crée une troisième : le brun. Cette décomposition des couleurs dicte même celles du péritexte sur la couverture, espace pleinement naturel dans lequel le titre, les noms de l’autrice, de l’illustrateur et des maisons d’édition se fondent délicatement.  Au fil des pages, les effets de transparence et de superposition se chargent de la lumière,  davantage amplifiée par le blanc de la double-page, support constitutif du format de l’album. Cette forme d’unité chromatique, le cadre blanc aux angles adoucis autour de chaque image et les formes graphiques très épurées plongent le lecteur au cœur du décor alpin au même titre que le sont les protagonistes du récit. Les exclusifs plans d’ensemble et les vues en plongée sur les personnages les rappellent à leur place, donc à la nôtre, face à l’immensité de la nature. La première et la quatrième de couverture laissent entendre que l’intrigue se déroule aux abords d’une rivière. Provisoire horizon d’attente pour le lecteur qui devra comprendre à partir de la couverture de l’ouvrage soit une analepse (les deux amis ont déjà vécu d’autres expéditions), soit une prolepse (la promesse d’une future expédition dans les Rocheuses du Colorado évoquée à la dernière page de l’album), soit encore la représentation de la vie rêvée du narrateur : « J’avais longtemps attendu le retour de Bruce, et rêvé cette virée (…) sillonner un monde sauvage, gravir ses pentes, explorer ses gouffres, pêcher en rivière, descendre des rapides en canoë, voler en parapente, dormir sous la tente en camping sauvage, et peut-être même approcher le grizzly ! Nous y serions ensemble, équipiers et amis. »

Gravir, descendre, voler, pentes et gouffres ... Cet extrait relatant la genèse de l’intrigue et du lien entre les deux protagonistes, montre à lui seul la cartographie alpine que l’illustrateur trace et sculpte à chaque page, du haut des sommets au fond des crevasses. Cette cartographie dit, non sans esthétisme, les hauts et les bas, les sommets et les profondeurs, les ombres et les lumières, des « trouées dans l’imaginaire ».

Alors il faut l’avouer, on tourne les pages avec avidité, avant même de lire.

 

© Maylis de Kerangal & Tom Haugomat  (2014). Hors-pistes. Editions Thierry Magnier.

 

Une sorte d’éboulement à l’intérieur de mon corps

En rester là nous priverait du verbe de Maylis de Kerangal déployé depuis vingt ans dans nombre de romans et dans un album pour la jeunesse précédant celui-ci, où la jeune héroïne accède délicieusement aux rêves des autres en empruntant leur oreiller (Nina et les oreillers, 2011). Dans Hors-pistes, si les illustrations de Tom Haugomat ont constitué le moteur de l’écriture pour la romancière, non seulement elles ne disent pas tout mais elles ne disent pas ce que la poésie du style de Maylis de Kerangal sait particulièrement dire ou du moins laisser entendre. Bien que porté par l’équilibre du texte et de l’image chacun réparti de part et d’autre des double-pages et se faisant écho sans jamais se contredire, le récit ne saurait avancer sans les pensées des personnages. Or les visages impassibles que l’illustrateur représente blancs et sans détail ni expression laissent place aux pensées du narrateur, levant ainsi l’implicite sur ses émotions et les liens qui l’unissent à Bruce. Nous nous demandions où mène exactement ce singulier processus de création à quatre mains, en deux temps distincts et indépendants.  Au-delà de l’univers alpin, le lecteur est subtilement invité dans une quête initiatique, celle du jeune héros mais peut-être aussi celle de son ami, son guide. À travers le personnage-narrateur anonyme qui à la différence du second ne sera jamais nommé (Hamon P., 1972)[1], l’autrice ponctue le déroulement majoritaire des actions par des phrases syntaxiquement complexes et aimant la juxtaposition, de phrases simples, épurées accentuant la place prépondérante des émotions du jeune randonneur. Souvent placées à la fin d’un paragraphe ou d’une page, telles des révélations, on peut collectionner ainsi :

- l’espoir « Bientôt je serai des leurs » ;

- le désir « j’avais surtout envie de partir, de partir loin » ;

- la colère « Je n’ai rien compris-ce genre d’oracle me tapait sur le système »

- la peur « J’ai cherché à déceler quelque chose de fatal tapi dans le paysage – je ne voulais pas d’une croix haute et noire qui pousse en moi »

© Maylis de Kerangal & Tom Haugomat  (2014). Hors-pistes. Editions Thierry Magnier.

 

Initiés à la randonnée à ski, à l’univers de la haute montagne, le narrateur et le personnage de Bruce entretiennent dès le début de l’album une relation asymétrique, d’adulte à enfant, et de maître à disciple aussi.

Le narrateur n’a de cesse de comparer leur tempérament :

  • «  Il a le pas sûr et souple, tient ses skis sur l’épaule d’une main et sa paire de bâtons de l’autre. Moi, je me sens gauche, confus : mes skis glissent, mes bâtons croisent et s’entrechoquent. »
  • « je me rapproche de lui pour recueillir un peu de sa force aussi- moi, je sens une sorte d’éboulement à l’intérieur de mon corps»

L’absence de dialogues renforce la perception de ces deux solitudes, prises chacune par le silence d’un deuil à peine évoqué : l’enfant espère ne pas avoir à parler de ses parents et c’est chez son oncle qu’il retrouve Bruce, ami de la famille, trop longtemps disparu à l’autre bout du monde. L’éboulement à l’intérieur de soi ne concerne peut-être pas seulement le jeune randonneur. Ne seraient-ils pas deux à chercher la montagne en eux ou l’ami en son creux ?

La crevasse. Elle est là. 

C’est à cette page et avec la brièveté de ces deux phrases que se noue l’intrigue. La pensée « Je retiens mon souffle, j’ai peur. » lors de la descente en rappel au fond de la crevasse sera la dernière explicitée par le narrateur dans le texte, laissant la place à une accélération du récit et de l’enchainement des actions. Bruce a chuté, au cœur de la seule double-page où le texte et l’illustration se réduisent de concert : « Un bruit lent et sourd. Quelque chose se fracasse sur le sol. Je hurle. La crevasse est un piège mortel. » faisant écho au « quelque chose de fatal tapi dans le paysage » quelques pages auparavant. L’intrigue et la focalisation sont intimement liés (Baroni, 2018) puisque l’expression de ses pensées par le narrateur s’efface en même temps qu’il doit agir. Pour agir, arpenter la montagne hors des sentiers balisés ne suffit plus, il faut au jeune randonneur de quoi sortir cette fois-ci hors du gouffre et pour aller hors, c’est en lui qu’il doit puiser, aller chercher la fameuse montagne en soi. Il n’est plus de serment crypté ou oracle incompréhensible, la quête pour sauver l’autre est la quête initiatique pour se trouver soi et grandir.

© Maylis de Kerangal & Tom Haugomat  (2014). Hors-pistes. Editions Thierry Magnier.

 

Au fil de quelques pages, on se met nous aussi à dévaler la montagne au tempo des mots de l’autrice qui s’accélèrent jusqu’à trouver de l’aide et sauver Bruce au cœur d’une magnifique illustration en contre-plongée, pensée pour la première fois du point de vue du premier de cordée.

Le disciple a dépassé le maitre, chacun a trouvé en l’autre un ami, un équipier et la promesse d’une prochaine expédition n’a rien de vain puisque la première de couverture l’annonçait bel et bien : il y a une vie après le vide.

Il aura fallu à Bruce et son ami rien de moins que l’immensité de cette montagne pour se trouver, on pense à cette phrase de Paul Claudel : « Même pour le simple envol d’un papillon, tout le ciel est nécessaire ». Alors du rouge chaud et du bleu froid de Tom Haugomat et des mots de Maylis de Kerangal, l’apprenti randonneur peut transformer le conditionnel en futur et assurer :

« Bientôt je saurai vivre avec mes propres volcans, mes glaciers intérieurs ».

Accéder à l’univers des auteurs, une rare rencontre pour les élèves

La collaboration d’une maison d’édition et d’une galerie d’art, d’une romancière et d’un illustrateur, a permis une rare démarche d’écriture, celle où l’image précède le texte. « L’idée est d’aller capter ce point de bascule où la contrainte -ici, les illustrations- devient un moteur d’écriture personnel, une liberté. » C’est Maylis de Kerangal qui le dit dans la partie finale de l’album. Hors-pistes n’en a pas fini, il invite le lecteur hors de l’histoire en offrant trois pages documentaires « Dans l’atelier de Tom Haugomat ». Quittant le genre du texte qui raconte pour celui transmet des savoirs, cette partie conserve les couleurs constitutives de l’album et s’enrichit de schémas, photos, légendes, sous-titres et paragraphes. Jusque-là, démarche improbable, les mots mettent en image les dessins. Et si finalement cet ouvrage ne nous interrogeait pas de manière plus large sur nos propres potentialités, parfois muselées par nos représentations. Maylis devient aussi illustratrice et Tom auteur, à chacun son métier…et vice-et-versa.

Plusieurs dispositifs d’enseignement permettraient de faire accéder les élèves de tous degrés à la dimension littéraire de cet album, en envisageant deux angles : celui du processus de création et celui de la portée symbolique.

Pour le premier, l’on peut :

- faire créer un album en suivant la démarche réellement vécue par Maylis de Kerangal et Tom Haugomat : un groupe d’élèves créent des illustrations selon une technique et un thème donnés, les élèves d’un second groupe choisissent certaines images, les ordonne pour produire un récit.

- mettre en réseau des albums ayant été le fruit de collaborations identiques et les analyser

- créer des interviews auprès d’auteurs-illustrateurs et autrices-illustratrices pour s’enquérir de leur démarche entre création d’images et de texte : qui de l’œuf ou de la poule … ?

- au sein de l’album-même, il serait dommage de se dispenser de faire expliciter par l’élève ses procédures pour lire le récit (linéarité du texte) et celles pour lire la partie documentaire (aspect composite du texte).

S’agissant du second élément d’enseignement, l’on peut s’intéresser à l’évolution des lieux du récit en les isolant et les représentant par le dessin ou à l’aide d’objets. À partir de ces représentations, l’élève peut à son tour et avec ses propres mots résumer, jouer, reformuler l’histoire. L’on peut aussi concevoir un travail de lecture littéraire sollicitant les stratégies de compréhension pour comprendre à travers le texte et l’image, les pensées des personnages et l’implicite de leur passé, de leurs intentions. Si le deuil fait peur, la résilience pas. En faire la quête du récit d’aventure peut donner lieu à des échanges sur les valeurs, la part existentielle que porte la littérature. N’est-ce pas aussi sa place, surtout en classe ? La réception d’un texte littéraire est si souvent l’occasion d’en créer. Alors pourquoi ne pas se lancer dans un atelier d’écriture créative où la consigne dirait seulement :

« Bientôt je saurai vivre avec mes propres volcans, mes glaciers intérieurs ».

Et nous, adultes, nous réserverions ce tout discret clin d’œil de l’imprimeur italien en page de garde : Achevé d’imprimé en buvant du vin chaud.

Pour en savoir plus :

https://youtu.be/cYe5kLZSZA8?list=PLYKK1g9IWBSDaRSvGJb3dAVFFdJYbQap0

 

Chronique publiée le 30 novembre 2020

Par Claire Detcheverry, Chargée d’enseignement en didactique du français, HEP Vaud, claire.detcheverry@hepl.ch

 

[1] Hamon Philippe (1972). Pour un statut sémiologique du personnage. In: Littérature, n°6, 1972. Littérature. Mai 1972. pp. 86-110 https://doi.org/10.3406/litt.1972.1957